Les  galeries  souterraines  d'eaux  de  source

     

 de  Fontenay-aux-Roses

 

© Tous droits rĂ©servĂ©s ©                                                                                        Contact : colettejunier@hotmail.fr


                                                                                                                                                                                                                                     

                                                                                                                                                                                                

Fontenay-aux-Roses

"D'azur à la fontaine d'or jaillissante d'argent, posée sur une terrasse du même, au chef d'or chargé de trois roses de gueules boutonnées d'argent"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ( Source WikipĂ©dia)

Les Sources de Fontenay

    

 

 

 

 

   Association loi 1901, sans but lucratif, dĂ©clarĂ©e le 18 juillet 2014.
     Entreprendre et mener Ă  bien toute action Ă  vocation culturelle permettant d’étudier, de protĂ©ger, de sauvegarder,

de valoriser, de faire connaître, d'aménager

et de faire visiter le patrimoine hydraulique de la commune de Fontenay-aux-Roses (sources, puits, fontaines, aqueducs, galeries, pierrées, conduits, …) en concertation avec les pouvoirs publics et les propriétaires concernés.
     Cette action pourra s’étendre Ă  des communes voisines, ainsi qu'Ă  d'autres patrimoines historiques locaux.

 
Adresse Postale :
Les Sources de Fontenay,
10, place du château Sainte Barbe
92260 Fontenay-aux-Roses

Présidente : Colette JUNIER
Téléphone : 01 46 60 69 83
Portable : 06 04 15 07 91

Email   : colettejunier@hotmail.fr


Forum :

http://lsfar.forumactif.org

 

Soutien : 

TĂ©lĂ©chargez  puis  imprimez le bulletin d'adhĂ©sion ci-dessous :

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Avant-propos

 

FONTENAY - AUX - ROSES

et son patrimoine hydrologique

 

 

     "La première partie de son nom lui vient des nombreuses sources qui ruissellent sur son territoire, Ă  flanc de coteau du plateau de Châtillon. Jusqu'Ă  la Renaissance, elle Ă©tait appelĂ©e Fontanetum".


     "La seconde partie de son nom s'explique par la faveur que connut la culture de cette fleur Ă  partir du XVIIème siècle jusqu'au milieu du XIXème siècle. Le village eut en particulier le privilège exclusif de fournir en roses le Roi-Soleil".

 

 

     Il y a deux siècles existaient encore de nombreux puits, fontaines, lavoirs avec leurs aqueducs, galeries, pierrĂ©es, canalisations, ruisseaux, … qui leur amenaient l'eau.
Beaucoup sont tombés en désuétude et ont disparu avec l’urbanisation.

 

     Il nous reste un exemple de cette infrastructure dans la zone de l’ancienne Ecole Normale SupĂ©rieure qui fut installĂ©e Ă  Fontenay aux Roses vers 1880.

 

â—Ź Le plus ancien document retrouvĂ© date de 1629 et il confirme l’existence d’une source qui alimentait la "Fontaine Enclose". C'est Ă  cette date que la moitiĂ© des eaux de la dĂ©charge du bassin de la fontaine fut vendue Ă  un propriĂ©taire voisin.

 

● Puis en 1659, la moitié des eaux fut prise beaucoup plus haut sur la conduite et amenée, grâce à l'aménagement d'une nouvelle galerie souterraine, jusqu'à une auge installée dans la ruelle. Cette auge a été décrite en 1759.

 

 â—Ź En 1759, nous trouvons un rapport dĂ©taillĂ© de ces ouvrages accompagnĂ©s d'un plan.
On y dĂ©crit des galeries souterraines qui sont accessible par la ruelle. Elles ramènent l'eau de la source jusqu'Ă  la pierre de partage des eaux, moitiĂ© vers la fontaine, moitiĂ© vers l'auge.
Les eaux de l'auge s'Ă©coulaient plus loin dans un guĂ© formant une mare insalubre.

 

● Vers 1760, la ruelle est annexée par le Sieur Devin, propriétaire du château voisin.

En contrepartie, il assainit les lieux, et crée un réseau de 4 grands aqueducs qui se rencontrent à un carrefour.

- l'aqueduc "nord" amène les eaux depuis le puits public en bordure de la "grand-rue" (rue Boucicaut), et l'aqueduc "ouest" celles de l'auge,  

- le carrefour collecte ces eaux et les répartit vers les deux autres aqueducs,

- l'aqueduc "est" alimente une grande citerne de 100 m3, et le dernier, l'aqueduc "sud", permet de restituer de l'eau (en lieu et place de la mare) aux propriétés voisines.
Cet aqueduc "sud" semble se poursuivre par un mini-aqueduc.

 

      C’est tout ce patrimoine hydrologique, ainsi que son Ă©volution au cours des temps,  que nous nous proposons d’étudier, de documenter, de sauvegarder, d'entretenir et de faire connaĂ®tre et visiter. 

 

Les galeries et aqueducs :

     Peu de trace dans l'histoire de ces  galeries et aqueducs qui semblaient avoir Ă©tĂ© oubliĂ©s …

 

     Ils sont mentionnĂ©s, dans le livre de Germaine MaihĂ© "Histoire de Fontenay-aux-Roses" :

 " Chaque maison importante de Fontenay avait aussi un système d’adduction, collecte et stockage des eaux. Lors de la destruction en 1964 du « Pavillon  Tallien Â», dernier vestige du château de Devin, marquis de Fontenay, qui datait de trois siècles et s’élevait dans l’enclos de l’Ecole Normale SupĂ©rieure, on dĂ©couvrit un système d’adduction d’eau très important : une citerne de cent mètres cubes, avec arrivĂ©e d’eau de 1,60 m de hauteur, mais Ă©troite, si bien que si on y avançait, on ne pouvait en sortir qu’à reculons. Le tuyau de plomb qu’elle contenait disait l’anciennetĂ© de la canalisation : tuyau roulĂ©, puis soudĂ©. D’autres galeries repartaient de la citerne vers le bas de Fontenay, visiblement destinĂ©es Ă  l’alimentation de pièces d’eau du parc. L’une d’elle aboutirait Ă  la maison situĂ©e contre la voie ferrĂ©e, dans le jardin de laquelle bruit un continuel jet d’eau familier aux habitants du mĂ©tro ".

 

     Ils figurent aussi, partiellement, sur les plans de sondages rĂ©alisĂ©s dans les annĂ©es 1960 en prĂ©vision de la construction des bâtiments "B" et "C".

 

     L’ensemble des aqueducs  et galeries a Ă©tĂ© dĂ©crit et photographiĂ© par une Ă©quipe de l’ancienne ENS, dans les annĂ©es 1991 Ă  1995. Des explorations se sont poursuivies jusque dans les annĂ©es 2011.

 

    Courant 2011 a dĂ©butĂ© une rĂ©novation lourde des bâtiments "A" et "B" rĂ©alisĂ©e par l'Office Public DĂ©partemental des Hauts de Seine afin de rĂ©aliser une rĂ©sidence universitaire pour le CROUS.

 

    C’est Ă  ce moment-lĂ  que Colette Junier, ancien Professeur Ă  l’ENS, soutenue par des anciens de l'ENS, de nombreux fontenaisiens, Associations de Fontenay et d'Ile de France, s’est engagĂ©e dans des actions de sauvegarde et actuellement de mise en valeur de ce patrimoine hydrologique remarquable qui avait contribuĂ© Ă  la renommĂ©e de Fontenay-aux-Roses. 

   

    Grâce Ă  un accord entre la Mairie de Fontenay-aux-Roses et l'OPDH le 12/12/2011, les 4 grands aqueducs ont Ă©tĂ© sauvegardĂ©s. Les galeries ancestrales (galeries en Ă©toile), elles,  ont Ă©tĂ© Ă©ventrĂ©es, comblĂ©es et ensevelies de façon Ă  permettre la rĂ©alisation de parkings, sans ce soucier d’ailleurs, hĂ©las, que l’une d’elle Ă©tait la seule source d’alimentation de la Fontaine du Clos des Chevillons, sur la CoulĂ©e Verte.

 

 

Les fontaines :

     Les sources de Fontenay aux Roses sont rĂ©pertoriĂ©es et documentĂ©es dans un ouvrage de F.Dienert, "Hydrologie souterraine du dĂ©partement de la Seine", cahier N° 9, Ă©ditĂ© en 1948.

 

     Tous les promeneurs connaissent la "Fontaine du Clos des Chevillons", sur le sentier du mĂŞme nom, en bordure de la CoulĂ©e Verte. Cette fontaine a Ă©tĂ© successivement un lavoir, un bassin, puis une borne fontaine, et enfin la fontaine en grĂ©s rose d'aujourd'hui.

      C'est un mini-aqueduc ancien en pierres qui conduit l'eau de source depuis le mur d'enceinte de l'ancienne ENS jusqu'Ă  un puits de visite, puis un tuyau emmène cette eau jusqu'Ă  la fontaine, le tout Ă  environ 2 m sous terre.

       Un acte notariĂ© tĂ©moigne de son existence et de son bassin dès mars 1629.

       Le puits de visite et le tuyau ont Ă©tĂ© remplacĂ©s en 1993 lors des travaux d'amĂ©nagement de la CoulĂ©e Verte, puis la fontaine fut reconstruite selon son esthĂ©tique actuelle quelques annĂ©es plus tard.

 

      Alors que son dĂ©bit expertisĂ© officiellement Ă©tait Ă  peu prĂ©s de 2 M3/H jusqu’à ces dernières annĂ©es, il n'est plus maintenant que d'environ 0,2 M3/H  …

 

      Cette fontaine alimente des bassins oĂą vivent des poissons rouges, dans deux propriĂ©tĂ©s situĂ©es de l 'autre cotĂ© de l’avenue RenĂ© Isidore, grâce Ă  un jeu de canalisations. Il s'agit d'une servitude ancestrale figurant dans les actes de propriĂ©tĂ©.

 

     D’autres sources et conduits sont issus de cette zone de l’ancienne ENS et alimentent en aval d'autres propriĂ©tĂ©s. (01/06/2013, 28/06/2013) 

Le saviez-vous ?

" ... A Fontenay-aux-Roses, le nom même de la commune renvoie au terme de "fontaine", c'est à dire à la présence de sources...

 

... Toujours en rive gauche, Ă  Fontenay-aux-Roses, la mention d’une galerie servant Ă  drainer et  conduire les eaux de ruissellement et de sources, apparaĂ®t dans un acte notariĂ© de la seconde moitiĂ© du XVIIe siècle .....

 

Un aménagement un peu semblable, un réseau hydraulique formé de plusieurs galeries, a été retrouvé à Villeneuve-le-roi. Il s’agit là aussi d'un système de captage de sources mis en place vraisemblablement a la même période.....

 

A l’origine de l’ensemble de ces aménagements hydrauliques, en ville ou bien à la campagne, les fontainiers ont cherché à capter les eaux de source au moyen d'aqueducs, c’est à dire de galeries souterraines, donc par gravité, mais la distribution finale se fait par des tuyaux. Mis à part les vestiges monumentaux qui subsistent dans la vallée de la Bièvre, avec en premier lieu l’aqueduc Médicis, avec de nombreux regards, peu de sites ont été conservés et étudiés.

 

La permanence du site de Fontenay-aux-Roses demeure exemplaire.

Ainsi I'étude et surtout la datation de ces vestiges d’adductions est donc d’une grande importance pour la compréhension de l’occupation et du développement du terroir au XVIIe siècle.

Il sera ainsi possible de connaître la technique des fontainiers franciliens et d’établir des comparaisons avec d’autres réseaux, comme celui de Villeneuve-le-Roi, toujours accessible et mis en valeur."

 

(Extrait de "Captage de Sources en vallée de Bièvre", de Karine Berthier, Conservateur du Patrimoine et spécialiste des Réseaux Hydrauliques Anciens).

Bulletin adhésion 2019
153 KB
2019_Bulletin_Adhesion.pdf

Nos publications

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

JEP 2014 - Les galeries de l'ancienne ENS - (35p).
2.72 MB
Expose_PHOTO_Colette_JEP_2014_v08_visualisable.pdf
JEP 2015 - Les BOUFFRAIS (6p)
1.03 MB
La_fontaine_des_Bouffrais_V6_9_visualisable.pdf
JEP 2017 - Les drains COLBERT (10p)
729 KB
2017_LSF_Les_drains_Colbert_V2_1_rr.pdf

Inventaire du patrimoine

     Lors de notre AG2016 du 21 Janvier, nous avons dĂ©cidĂ© de rĂ©aliser un inventaire des ouvrages hydrauliques de surface (puits, pompe, bassin, citerne, fontaine, grotte, source, autre) existant ou ayant existĂ© dans notre commune.

     Cet inventaire nous sera fort utile tant pour focaliser nos travaux d’études que pour enrichir la base de donnĂ©es des Archives Municipales de notre ville, pour qui les sources et les fontaines ont Ă©tĂ© la raison de son nom.


     Nous lançons donc cet inventaire reposant sur une collecte de donnĂ©es.


     Cette collecte de donnĂ©es se veut très simple, afin de permettre Ă  tout un chacun de remplir une fiche d’inventaire (lieu, dĂ©signation de l’ouvrage grâce Ă  des cases Ă  cocher, nom et moyen de contact du rĂ©dacteur).
    Elle se fait par renseignement d’un « formulaire Â» accessible directement : 

http://goop.gl/forms/IAadS3nzs7


   N’hĂ©sitez pas Ă  enregistrer un maximum de fiches, sans vous prĂ©occuper de doublons Ă©ventuels pouvant ĂŞtre Ă©mis par d’autres personnes.

   Les donnĂ©es saisies sont enregistrĂ©es automatiquement dans une base de donnĂ©es qui sera traitĂ©e et exploitĂ©e par l’association « Les Sources de Fontenay Â».

    Afin de faciliter la collation des donnĂ©es, nous avons ouvert une boite de messagerie spĂ©cifique pour cette collecte.    lsf.inventaire@free.fr


     L’association LSF et le service des Archives Municipales se tiennent Ă  votre disposition pour tout renseignement complĂ©mentaire, en particulier si vous n’avez pas d’accès Internet.

    Nous vous remercions de votre contribution.

2018 - Les abris anti-aériens - (10p)
1.32 MB
2018_09_07_Livret_Abris_Anti_aerien_WEB.pdf

Messages importants

Messages importants

Pour votre information :

       Si vous souhaitez ĂŞtre tenu informĂ© de nos travaux ou souhaitez des informations complĂ©mentaires, nous vous remercions de nous laisser votre adresse mail,

en Ă©crivant Ă   colettejunier@hotmail.fr . (16/11/12)

 

      Pour notre action collective :

        Si vous souhaitez nous proposer votre aide ou simplement nous exprimer votre soutien en vue de la crĂ©ation d’une association, nous vous remercions de nous laisser votre adresse mail, en Ă©crivant Ă  colettejunier@hotmail.fr. (16/11/12)

 

Pour nous aider et contribuer Ă  cette aventure : 

       Actuellement, nous travaillons sur la description, le positionnement et l'histoire de ce patrimoine grâce Ă  des textes, plans et photos, en date de 1629, 1659, 1759, 1770, 1858, 1880 (premiers plans de l'Ecole Normale d'Institutrices), 1902, 1956, ..... 

      C'est un travail important pour lequel nous recherchons,  une aide bĂ©nĂ©vole mĂŞme ponctuelle,  dans les domaines de : 

- la recherche dans des services d'archives (nationale, départementale, ...),

- la transcription de documents anciens (palĂ©ographie), 

- la rĂ©alisation de plans de masse (2D et 3D), 

- la communication,  

- et d'une façon gĂ©nĂ©rale, toute personne intĂ©ressĂ©e par ce projet de sauvegarde et de mise en valeur de ce patrimoine hydrologique. 

 N'hĂ©sitez pas Ă  contacter Colette Junier   colettejunier@hotmail.fr. (01/06/2013)

Création gratuite et facile

Créer un site gratuitement